Perdu et seul dans le désert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Perdu et seul dans le désert

Message par Skorfeus le Jeu 22 Déc - 22:36

L'enfant aux cheveux noirs....


 C'était lors d'une nuit froide, glaciale comme les précédentes et les suivantes, que tout changea dans le village du Vent Rouge... ou plutôt, que tout prit une fin abrupte.


Ce village installé au Sud-Est de l'université des Sphïnxs ne contait pas plus d'une centaine d'habitants en son sein. Mais cette petite quantité suffisait pour construire des bâtiments de grès visibles à travers des kilomètres d'étendue de sable. C'est pourquoi, lors de cette nuit atroce, les bandits brandirent leurs armes, reflétant la lumière de la lune et du feu, contre les villageois.


Une centaine d'habitants, dont une vingtaine d'enfants et de vieillards, massacrés par des bandits vêtus de rouge, et portant un blason représentant un crâne écarlate sur un fond aussi noir que leurs âmes. Cette nuit, seul quelques chanceux réussirent à garder la vie en se cachant sous le sable froid, l'un d'entre eux, un enfant âgé de deux ans, découvrit le corps inerte et ensanglanté de sa mère... mais privé de connaissances à ce sujet, il ne put réagir face à la mort. Ne pouvant pas comprendre les cris de douleur et de tristesse autour de lui, son visage prit le masque de la neutralité.


Cependant, un homme, le chasseur du village prit l'enfant dans les bras et courra avec toute la vélocité qu'il pouvait obtenir, dépassant les limites de son corps dans l'espoir de sauver un enfant aux cheveux noirs et au corps frêle. Arrivé à un village situé à plusieurs kilomètres du sien, l'homme perdit connaissance et mourra d'épuisement avec le sourire aux lèvres, fier jusqu'au dernier moment de fuir pour sauver la vie d'un enfant. Quelques moments plus tard, des hommes en armures s'approchèrent et prirent l'enfant par la main, l'accompagnant jusqu'à un orphelinat, l'Orphelinat Sard, situé dans le village des Rivières de Sable, présentant une population se comptant en milliers. C'est à partir de ce moment que les aventures d'un vagabond aussi étrange que sa vie, commencèrent. 








Le son des vêtements frappés par le vent sec du désert sous une chaleur impitoyable était l'unique bruit résonnant dans ces étendues de sables. Le jeune homme vêtu d'une robe délabrée et d'un morceau de tissu pour couvrir son crâne marchait seul, un livre à la main, sans aucune forme d'émotions sur son visage. Jusqu'au moment où ses yeux quittèrent les pages remplies de schéma et de formules toutes plus complexes que les autres afin de se déposer sur une silhouette loin derrière lui.

-Je n'ai pas eu le temps de passer une dernière fois par la bibliothèque...

Cette silhouette était celle de l'université des sphïnxs, construite à partir de pierres aussi blanches que la lumière du soleil. Certaines de ses tours étaient visibles, montrant l’orgueil des sphïnxs à tous les habitants du désert. Mais, sa seule réaction face à cette vue était la neutralité. Détournant son regard de l'université, il continua de marcher avec son livre ouvert.

La nuit tombée, Skorfeus Sard était assis sur une pierre, tenant une fiole à la main, remplit d'un liquide sombre ne pouvant être identifié dans l'obscurité étouffante du désert. Comme par magie, le liquide commença à scintiller et à produire de la chaleur, c'est alors qu'il commença à parler tout seul, comme si il récitait une recette à voix haute.

-Deux pincées de poudre produites à base de lys noir, sept gouttes de sève d'un épicéa mourant, trois cuillères remplies d'eau d'un lac souterrain et une pétale de rose bleue. Mélangé dans l'ordre précédant, cela donne un liquide bleuâtre, épais qui après avoir reposé pendant huit minutes sur une pierre froide exposée à la lumière de la lune, scintillera toujours lors de la nuit et produira de la chaleur lorsque le froid traverse le verre de la fiole. Cette formule est le plus souvent nommée fleur de lumière.

Après avoir récité cette formule, il s'endormit, la fiole tenue délicatement entre ses mains.


Des roches qui, en une ère lointaine, se voyaient refléter la lumière blanche du soleil avec une lueur des plus surprenante sur l'herbe verte et pleine de vitalité, ne sont maintenant que de vulgaires ombres de ce qu'elles étaient. Dévorées par le temps et le sable, celle-ci perdirent leur beauté extérieure afin de prodiguer le réconfort aux vies en besoin par l'obscurité qu'elles apportent. Skorfeus était l'une d'elles en ce moment même, voilà maintenant deux semaines qu'il marche à travers ces plaines arides, accompagné par le doux murmure du vent dans ses oreilles.

-Le vent... il vient de changer de direction...

Les peuples vivant dans le désert, que ce soit des mercenaires, des barbares, des exilés, des ermites ou de simples villageois, ils détiennent tous un point en commun, la peur du vent. Dans les étendues désertiques, rien n'est plus atroce, même le manque de nourriture et d'eau, que la colère du vent manifestée par le biais des tempêtes de sable.

Skorfeus qui était assis sur un rocher jusqu'à maintenant se leva et ferma son livre, il observa ses alentours et, mis à part l'éternelle présence du sable, il y avait quelques mètres plus loin un empilement de plusieurs centaines de rochers laissant place à plusieurs failles assez grandes pour s'y glisser. Sans perdre plus de temps, Skorfeus commença à marcher vers l'une d'elles, ayant réussit à se faufiler à l'intérieure, il fut accueillit par le froid des roches privées du soleil.

Il tourna le dos au désert afin de faire face aux roches mais surtout dans le but de se protéger de la tempête à venir. Quelques minutes plus tard, et le vent affirmait déjà sa force face au désert, en général les tempêtes ne durent pas très longtemps mais sont extrêmement dévastatrices.

La nuit tombée, l'individu aux cheveux noirs, Skorfeus Sard, leva la tête de son livre, un mouvement accompagné par la chute d'une quantité de sable non négligeable de ses vêtements. Bien entendu, il ne leva pas la tête pour se séparer du sable mais à cause d'une toute autre chose. La lumière de la lune sur les roches qui lui faisaient face, fit apparaître un petit être plutôt rare dans le désert. Reflétant la lumière de la lune sur son minuscule corps, l'insecte vola hors de la faille suivit du regard par Skorfeus qui, face à la magnifique nuit étoilée observable uniquement dans le désert, ouvrit grand ses yeux dans un élan de surprise...

-J'avais prévu des vivres seulement pour vingt jours et je suis encore à dix jours du prochain village... si ce n'est plus...


Réveillé par ce retour à la réalité brutale, Skorfeus décida de dormir pour le moment et de s'inquiéter demain à propos de ses vivres. 


C'était sans compter sur l'éboulement des roches qui l'enfermèrent dans la faille, accompagné du son de quelque chose se brisant, faisant place à un trou béant menant sur un lac souterrain que, Skorfeus prévoyait cette nuit dans le désert.

Skorfeus

Grade Prétendant à la Maison
Messages : 4
Date d'inscription : 02/06/2016
Age : 18
Localisation : ...dans le désert

Identité
Classe: Sphïnx
Âge: 18

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum