In profectione. L'avant départ.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

In profectione. L'avant départ.

Message par Caliawen le Dim 21 Aoû - 21:14

J'ai ouvert celle de ma mère avant celle de mon amant maintenant mort à mes yeux. Elle me demandait de venir dans son village pour résoudre une enquête, suivi de détail sur ma mission. J'ai soupirée et j'ai dis à Alexander :


"- On va devoir voyager."


Je lui ai expliquée la situation et la relation mère fille que j'entretenais avec elle. Alexander avait hâté de partir. Moi je baissais les yeux en ouvrant la deuxième lettre. 


Ewen m'écrivais comme d'habitude, des aventures qu'il a vécu. Dedans il m'avais écrit de multiples poèmes, comme si rien ne s'était passé entre deux. Des poèmes magnifiques qui m'ont fais pleurer. Le papier mouillais et Alexander leva la tête.
Il a accouru près de moi :


"- Ça va, ça va ? Qu'est-ce qu'il se passe ? A-t-il dit pressement.


-Ca va, J'ai répondue en passant la main sur mon visage."


Il me prit dans les bras maladroitement. 


"- J'aurais espéré pouvoir te réconforter comme tu la fait pour moi."


Je frottait son dos, son haut blanc unis. 


"- Avec toi un rien me réconforte, je veux pas te mêler à ça, tu n'a rien à voir avec ces broutilles. Ne t'en fait pas. J'ai dit d'une voix tremblante et peu sûre.


- Quoi qu'il en soit je suis désolé. 


- Mon ami j'ai mille et un problèmes si bien qu'il prendrait une éternité à tous les régler. Mais j'ai mille et une joies qui m'aide a les résoudres.


- Alors je resterais avec toi une éternité pour tous les enflammer.


- Tant mieux, si tu pars il ne me resteras plus que mille joies."


J'aimais cette idée que mes problèmes s'enflammes. Un par un dans le vent, dans la lueur d'un soir ou je serais cette femme résolue. J'aimais la façon dont il prenait les choses simplement. Et pourtant son passé n'aurais jamais laisser penser une telle chose. 


Je me suis assis devant lui, je lui ait remis ces lunettes et je lui ais demandé :


"- Es tu jamais déjà tombé amoureux ?


- Non. A-t-il répondu.


- Parce que c'est mon problème."


S'en est suivi un long silence gêné. Je lui ais pris les mains :


"- Écoute je ne veux plus penser à cela, avant de partir que dirait tu d'une escapade en ville. Il faut te trouver des vêtements. Tu ne va pas passer ta vie avec ton pull Bleu, même si il est incroyablement doux. "


Il m'a sourit :


"- Allons y alors ! Il a dit."


-


Nous nous sommes arrêtés dans un restaurant pour manger, histoire de reprendre des forces pour continuer notre shopping. Quand une jeune fille que je voyais de loin s'approcha de nous. Elle déposa un tendre baiser sur la joue de mon partenaire. Elle lui parlait en piaillant et lui n'avais pas l'air d'être très réceptif, limite gêné. Elle m'avait l'air d'une bimbo qui avait tous d'opposé à Alexander. 


La dame demanda à Alexander qui j'étais et il répondit " Ma copine ". J'étais très gênée mais au moins cette nouvelle la fait déguerpir. 


"- Euh attends, je suis "ta copine"? et puis qui c'est elle ? J'ai dis.


- C'est que je voulais la faire partir..


- Non c'est pas grave mais, tu peux m'expliquer ? 


- C'est une garce impossible et je veux juste la supprimer de ma vie. Je suis désolé pour ça.  M'a t-il dit.


- Bizarre vous avez vraiment l'air différent.


- Justement ! M'a t-il coupé. Enfin c'est une période un peu triste de ma vie. J'étais con et ma connerie m'a amené à offrir une infime partie de mon cœur et une grande partie de mon temps à ce demon humain. Et un jour je suis partit, comme j'ai fait avec mes parents. J'ai fuis, comme je fais toujours. Et maintenant je ne veux plus fuir, mais j'ai peur. La situation s'est inversé et aujourd'hui j'ai peur d'être fuis, je t'en pris ne m'abandonne pas Caliawen."


Je lui ais serré la main. 
Je savais que le passé d'Alexander avait fait de lui un homme intelligent et sûr de lui. Je me regardais dans tout ça. Je me disait que je n'étais pas un femme forte, ni une femme sûre. Et à l'intérieur je me demandait seulement si j'étais une femme et pas une fillette. 


Je me demandais combien d'épreuves il avait pu parcourir pour devenir ce qu'il est. Je me demandais combien j'en avais parcouru. Et si pour quelques raisons quelqu'un avait déjà été fier de moi. Ou avait déjà pensé de moi ce que je pense d'Alexander. Il à pris une place dans mon cœur aussi vite que prendrait une brûlure sur mon corps. 


Je me disait que même si je me demandais pleins de choses je n'était pas sûre de moi. Et que c'était la base de tout.


Et pour la première fois, je le regardais en me demandant qui allait être le premier à fuir. 


En réalisant que tout est éphémère, baissant les yeux vers ma salade d'avocat. 

Caliawen

Grade Prétendant à la Maison
Messages : 36
Date d'inscription : 28/05/2016
Age : 17

Identité
Classe: Mäncien
Âge: 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum