Examen de sortie - Raphaëlle de Piuma Bella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Examen de sortie - Raphaëlle de Piuma Bella

Message par Le Conte le Sam 13 Aoû - 0:05

L'examinatrice Julie-Fiona Pétrausine battait violemment ses doigts contre la table de bois. Un amateur de musique aurait reconnu un tango énergique, mais aucune des personne présente n'était véritablement amatrice de musique. Ils étaient trois à attendre dans la salle de classe vide, dont Julie-Fiona Pétrausine qui n'avait pas l'air de vivre l'attente très bien.

-C'est légal qu'il soit en retard comme ça ? Je suis presque sûre que non.

L'homme assis à ses côtés soupira, et remua un peu sur son siège. Il semblait prêt à dire quelque chose, et l'aurait probablement fait sans l'interruption de l'Examinatrice Sphïnx.

-Quoique, prudence est mère de sûreté, fit-elle d'une voix claire et forte, l'index brandit en l'air comme pour faire la leçon à un enfant inattentif.

La jeune femme se pencha sous la table et tira d'un sac titanesque un épais livre relié de cuir. "Comment examiner pour les nuls" était certainement l'un des ouvrages les plus instructifs qu'elle n'ait jamais lu. On lui avait dit une fois que c'était pareil que le règlement des Examens, mais ça ne pouvait pas être vrai: ce n'était pas le même titre. Marmonnant à voix basse, elle entreprit de parcourir l'épais ouvrage en suivant les lignes de son index. A ses côté, Bartas soupira de nouveau et tenta de parler:

-Julie-Fiona...

-Là ! "Les candidats doivent absolument arriver à l'heure prévue, sous peine de se voir attirer la désapprobation de  ses Examinateurs (qu'ils doivent signifier d'un long regard noir et appuyé). Un délai de 15 minutes peut leur être accordé, au-delà ils devront repasser leur examen au rattrapage.". Je le savais ! C'est illégal, elle est en retard ! Il faut que je m'entraîne de suite pour les regards de désapprobation.

L'Examinatrice se mit alors à lancer de virulents regards noirs à la porte, qui aurait probablement rapetissé pour disparaître a tout jamais devant des regards si appuyés.  Au bout d'un moment elle sortit un autre ouvrage de son grand sac: "Comment jeter un regard noir, pour les nuls"; de temps en temps, elle s'aidait des schémas explicatifs de cet ouvrage. Bartas l'observa sans rien dire pendant plusieurs minutes. Puis il soupira.

-Julie-Fiona, il n'est pas en retard.

L'air effarée, la jeune femme leva la tête. Puis elle se reprit.

-Ridicule.

-C'est nous qui sommes en avance.

Il y eut un court instant pendant lequel personne ne dit rien dans la pièce. Puis les yeux de Julie-Fiona s’agrandirent pour se faire ronds comme des soucoupes.

-Et c'est légal, d'être en avance ?

L'air complètement effarée, elle se replongea dans son livre en marmonnant. Bartas soupira à nouveau. C'est alors que la troisième personne présente dans la pièce, jusque la endormie (ou peut-être morte) sur le coin de la table releva la tête. Malgré les grosses marques rouges qu'avait laissés les planches, son regard était sérieux et déterminé. Dans le même mouvement, la porte qui leur faisait face pivota pour laisser passer une jeune femme coiffée d'un chignon. La dénommée Thélia était en pleine discussion avec la future candidate.

-Bartas, Julie-Fiona et Edmund. Tu as retenu ? Bien. Ton épreuve consistera à aller voir les trois Examinateurs là-bas, t'assoir en face d'eux et de construire les 5 objets qu'ils te demanderont de créer. Pas le droit aux raccourcis, tu dois bien les créer, tous un par un en pensant aux détails. Aussi, la difficulté augmentera avec chaque objet. C'est tout bon ? Parfait vas-y.

Et sans plus de ménagement, l'assistante-Examinatrice poussa la prochaine candidate dans la pièce. La porte se referma à la manière d'un tombeau qui claque.
Bartas soupira.
avatar
Le Conte
Admin

Grade
Gardien des Secrets de ta Vie

Messages : 309
Date d'inscription : 09/03/2014
Localisation : Inconnue

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Examen de Mademoiselle ... Monsieur ... Mademoiselle De Piuma Bella.

Message par Raphaëlle de Piuma Bella le Jeu 18 Aoû - 20:16

   L'atmosphère est lourde et oppressante. La plupart des personnes assises dans cette pièce - ce qui donne, environ, une vingtaine de personne - paraissent anxieux. Surtout la fille assise devant moi qui se ronge les ongles. Je dois être la seule à ne pas être stressée. Je suis zen. M****, je me ronge les ongles, moi aussi … Stop, Raph' ! Nous ne sommes pas comme ces gens lambda, ne stressons pas. Soyons forts, comme à notre habitude. Mais, je fais comment, moi ? Commençons par arrêter de trembler. Et comment veux-tu que je fasses ? Soupire mentalement. Laisse moi l'ascendant, dans ce cas-là … Merci.
   Je souris à la fille devant moi. Je fais craquer mon - notre - cou de droite à gauche. Elle me regarde de ces yeux clichés de têtes remplies d'eau. Cette jolie blonde esquisse un sourire. Une grimace, plutôt ? T'as raison, sœurette, elle grimace. Je ne peux m'empêcher de lui faire un clin d’œil. A la blonde, forcément, pas à mon alter-ego.
   Une femme portant un chignon tellement serré qu'il m'en fait mal arrive dans la salle et réclame quelque chose :


-De Piuma Bella. Raphaëlle De Piuma Bella !


Rectification ; elle ME réclame. Je balance mes épaules en arrière, étends les bras et m'étire. Je me lève, toujours en mode gymnastique du matin, et me dirige vers elle.


-Mademoiselle De Piuma Bella ? Me questionne t-elle, inquisitrice.


En effet, nous sommes très garçonne … Et ce n'est pas pour me déranger.


-Oui, madame, je fais en souriant.


Après un froncement de sourcils, elle hausse les épaules et me fait signe de la suivre.


-Tes trois Examinateurs seront - elle ouvre et passe la porte menant au lieu de l'examen - Bartas, Julie-Fiona et Edmund. Tu as retenu ? Bien. Ton épreuve consistera à aller voir les trois Examinateurs là-bas, t'asseoir en face d'eux et de construire les 5 objets qu'ils te demanderont de créer. Pas le droit aux raccourcis, tu dois bien les créer, tous un par un en pensant aux détails. Aussi, la difficulté augmentera avec chaque objet. C'est tout bon ? - Je hoche la tête de haut en bas - Parfait vas-y.

Sur ces palabres, elle me pousse dans la pièce et ferme la porte avec fracas. 

   J'aperçois qu'un des trois examinateurs soupire. Aaaah, c'est pas bon ça. S'il nous saque dès le début, comment on va faire ?! On va peut-être pas réu .. ; Chut ! NOUS allons réussir. Et n'essaie pas de reprendre l'ascendant comme ça, on va vraiment le rater, si ça continue. Et sans attendre sa réponse, je la repousse mentalement.


-Et bien, nous vous attendons, mademoiselle. Nous ne tolérerons aucune perte de temps ni quoique ce soit d'illégal, fait une femme, compris ?


-Veuillez m'excuser, madame Julie-Fiona. Sois dit en passant, j'aime beaucoup votre livre.


Je me dirige vers eux d'un pas assuré et salue mon public. Comme lors d'un spectacle.


-Cessez vos pitreries et commencez. Nous avons des horaires à respecter. Edmund, je te laisse la parole.


-Hmmm … baille. Fais moi apparaître quelque chose qui me sera utile dans l'immédiat, me demande t-il, en me faisant un clin d’œil.


-Bien.


   Et, sans transition, je sors mon matériel du parfait apprenti Sphïnx pour décrire l'objet que je compte matérialisé : un oreiller en soie rouge, d'une hauteur de 25 cm et de largeur de 30 cm, en forme de cœur – choisi par les soins de mon homonyme éponyme, évidemment - Ensuite, je détaille le fil doré qui sépare les deux côtés du cœur et j'indique le matériaux qui sera à l'intérieur de ce-dit oreiller : des plumes d'oie. Puis, finalement, j'inscris « Materializzazione » au centre du parchemin en peau de chameau. Sur cette note – ou plutôt palabre – finale, je montre le parchemin à mes examinateurs et sphïnxilise l'oreiller dans ma main droite et le tends à Edmund. Il me sourit, enjoué et le pose sur son bureau de bois.


-Je valide cette première matérialisation. Baille. A toi le tour, Bartas ?


-Allons-y ! Donc après le confort, passons au nécessaire. Après tout, nécessité fait loi, et les armes contribuent à faire respecter la loi. Faites-moi une épée.


   Dos à mon public, je me lance tout de suite dans la rédaction d'une épée que tout bon soldat à déjà tenu en main. Je commence par la poignée - un simple morceau de métal, entouré de lacets de cuir noir – puis je fignole cette poignée par un pommeau circulaire, ciselé de légère vague régulière, j'ajoute la garde, à l'autre bout de mon œuvre inachevée, qui est une simple barre de métal de forme rhomboïde. Pour finir j'imagine une lame à double tranchant, brillant d'un beau chrome métallique, d'environ une main. Je rajoute ma touche perso sur le parchemin : un « Materializzazione » au centre du parchemin où, malgré mes autres inscriptions, il reste tout juste la place. Et voilà, d'une épée bâtarde d'une main et demies et d'une masse d'un kilo neuf apparaît en face de Bartas. Et bien, qu'est-ce que je suis doué ! Raph', c'est du boulot de débutant … t'aurai pu mieux faire. Qu'est-ce que tu veux, tu es la stressée surdouée et je suis le bellâtre d'un charisme lambda d'un talent lambda. On a la même enveloppe corporelle … C'est un détail. Bartas prend l'épée, l'examine et fait :


-C'est une matérialisation rudimentaire mais elle passe. Un débutant n'aurai pas fait mieux.


Ouch. Ironie, quand tu nous tient. Je te disais quoi ? Laisses-moi me concentrer, sœurette.


-Continuer en me faisant apparaître un bock, pour noyer tout ça, enchaîne Bartas.


Aaah, j'ai toujours eu du mal avec les liquides … Sœurette ? On a le droit à une faute, si tu te loupes sur celle-la, c'est pas trop grave … Dis surtout que t'as peur. J'essaie juste après cette apparition ci. Bon, faut que je m'y mette. Je commence à décrire un bock ; c'est à dire une chope en bois grossier avec une substance légèrement jaunâtre et amer. J'inscris le mot habituel au même endroit que les autres fois. Je donne le bock à Bartas.


-Quant à moi, j'aurai besoin d'un … commence Julie-Fiona.


-Mais, c'est de la crème de citron ! On aura tout vu ! Je ne valide pas cette matérialisation. Vous ne devez plus faire une seule erreur.


Aaarg. Ne nous fait pas rater Raph'.


-Donc, je disais, quant à moi, j'aurai besoin d'un verre sculpté avec de l'eau pour l'accompagner, mademoiselle Raphaëlle.


Ok. On change. Permutation de personnalité [je trouve cette phrase troop classe x)]. Aaah. Je re-tremble. Sois forte ! Good luck !


-Oui, donc vous disiez, je fais, en bégayant.


-Un verre sculpté avec de l'eau, plus deux glaçons pour m'avoir fait répéter, Mlle.


Je respire un bon coup et … je commence ! Le verre sera un verre à vin d'environ 15 cm et d'une masse de 200g. Mais, en plus de ça, un serpent s'enroulera de bas en haut jusqu'à ce que sa tête soit juste au bord de l’extrémité. Le serpent sera en or et ses yeux seront d'émeraude. Le verre de ce dit verre oscillera entre un verre transparent (200g) et d'or éclatant (3kg). Mon verre sera donc un demi-calice. Ensuite l'eau : liquide, transparente et douce. Et pour finir, deux glaçons carrés, froid, fondant, oscillant entre l'état liquide et solide. Mon homonyme n'est pas le seul à avoir cette habitude : J'écris, au plein milieu du parchemin, « Materializzazione Immediato». Oui, je préfère de loin les phrases. Ou du moins les mots suivis d'un adjectif. [Le parchemin s'affole, crée petit à petit un objet non-existant, premier-né, et finit par faire apparaître une somptueuse œuvre d'art.] Les 3 examinateurs reste une ou deux minutes à regarder mon verre.


-Alors, qu'en pensez vous, je demande, nerveuse.


-Je valide cette matérialisation, Mlle, quoique j'avais demander un verre mais passons sur ce détail.


   Quoi ?! Elle va chipoter sur ce détail alors que ton œuvre, car c'est bien une œuvre d'art, est magnifique ? Chut, tais-toi, j'ai rattrapée ton erreur, alors n'en rajoute pas. C'est bon, je te complimente. Sœurette, t'es la meil ... Je le repousse mentalement. Et ouais, je ne suis pas la seul à être repoussée.


-Pour finir, j'aimerai pouvoir savoir l'heure, comme la si bien remarquée ma collègue, nous n'avons guère le temps, fait Edmund en me faisant un clin d’œil.


   Comme toujours, écrivons ! Enhardie par ma première réussite, je commence par créer une montre à gousset, en passant par les engrenages, les rouges, les aiguilles puis je continue sur la coque, dont le matériel principal est le cuivre. Je note sur l'intérieur du cercle l'heure en chiffres romains et je cisèle la coque de motifs gaéliques. Puis je relis la partie supérieur de la montre par une chaîne en bronze. J'actionne les engrenages, règle l'heure à 14h21 précise, indique le poids (400g) et sa taille (environ 10 cm avec la chaîne) et inscris « Materializzazione Immediato » sur le centre du morceau de cuir. L'objet apparaît entre les mains de Edmund. Il la contemple et fait à Julie-Fiona :
-On est en retard d'une minute. Il est 14h21.


-Quoi ? C'est inadmissible. Mlle, votre examen est validé ! Allez vous en maintenant. Théliaaa, amène-nous le prochain candidat.


Sœurette, on est libre !!! Oui, je sais, n'est ce pas génial ? Oui, à nous les voyages, les nanas, les garçons et les bocks ! Je ne te demanderai jamais de commander un bock, par contre … Et c'est avec entrain et le sourire que je sors de la salle d'examen pour goûter à cette nouvelle liberté.

Raphaëlle de Piuma Bella

Grade Voyageuse de Vie
Messages : 14
Date d'inscription : 26/06/2016
Localisation : En train de participer à la révolution.

Identité
Classe: Inconnue
Âge: 18 ans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen de sortie - Raphaëlle de Piuma Bella

Message par Le Conte le Ven 26 Aoû - 0:40

- Dépêchons-nous ! Nous risquons moult châtiments pour un affront aussi violent face aux règles de l'Examen ! Nous n'avons, au lieu de dix, plus que neuf minutes pour - Julie-Fiona souligna d'un doigt la phrase qu'elle citait - débattre du résultat du candidat. J'espère que nous auront le temps.

Bartas toisa sa co-examinatrice du regard, et Edmund toisa son nouveau coussin avec envie. Ce dernier approuva d'un marmonnement fatigué, avant de poser sa tête dessus.
L'autre s'activa enfin et rassembla tous les objets qui venaient d'apparaître devant eux.

- C'est vraiment du gâchis, d'utiliser autant d'encre pour ces objets. Il... Elle doit être vraiment exténué pour avoir autant puisé dans sa magie. Il aurait mieux fallu qu'elle transforme son parchemin plus souvent et qu'elle le recycle.

Bartas nota sur chacun des objets un petit sigle qui les fit exploser un à un, comme s'évaporant dans les airs.

- Bartas, tu n'aides en rien ! Tu ne te rends pas compte qu'il ne nous reste plus que 8 minutes ? D'autant plus, que je ne peux plus lire l'heure !

- Mais si voyons, je viens de te dire q-

- TU N'AIDES EN RIEN ! Il n'y a que ce manuel qui puisse m'aider en ce monde !

Tout en parlant, elle caressait la couverture de "Comment examiner pour les nuls", puis rouvrit l'objet à l'endroit retenu par un marque-page "Spécial Collection les Nuls".

- Nous devons consulter l'Intelligence Artificielle de l'Université, annonça la Sphïnxe d'un air grandiloquent.

Elle marqua les codes secrets d'une main stressée et signa d'un grand trait.

Avis de l'examinateur et administrateur keleen:
Nous y voilà donc !

Ton personnage est passé de genre bipolaire à complètement divisé en deux personnalités, ce que tu joues plutôt bien, malgré que j'aie encore du mal à cerner la chose (faut il voir ça comme deux personnes dans un corps, ou une seule personne avec deux comportements différents qui communiquent entre eux ? Il ne me semble pas que les personnes souffrant de personnalités multiples puissent discuter mentalement). Néanmoins, je te fais confiance pour que tout cela tienne debout au fur et à mesure de tes aventures !

Tu remarqueras que j'ai mentionné que le recours à l'encre seule demande plus d'énergie ; En effet, et je l'ai déduit car tu leur a laissé les objets. Dès qu'un objet est créé de manière "définitive", il va demander plus de magie qu'un objet éphémère. Les objets éphémères sont ceux faits avec ton parchemin, combiné avec de l'encre ou non, et que tu annuleras pour récupérer ton parchemin en créer d'autres. Je ne suis pas sûr que ce soit bien expliqué sur la page des Sphïnxs, j'irai voir.

Au niveau du RP, rien de spécial à redire ! C'est facile à lire, on sent que tu t'amuses et laisses libre court à ta créativité, c'est sympa ! Ca me fera plaisir de lire tes prochains RPs, voire même de t'y rencontrer !

- Hmmm, réfléchit Julie-Fiona, je ne sais pas si tout ce barratin suffit à lui attribuer la réussite de l'Examen - Elle continue de lire. Oh ! Il avait les cheveux de quelle couleur ?

- Noirs, répondit Bartas, qui semblait sciemment affairé sur son parchemin.

- Oh, dommage. Une teinture aurait pu lui faire perdre des points. D'ailleurs, c'est un homme ou une femme ?

- Une femme, je crois.

- C'est légal de ressembler autant à un homme ? Oh crotte, je ne sais pas où trouver ce genre d'informations !

Alors que l'Examinatrice prenait des airs médusés en secouant sa main tendue pour s'aérer, Bartas invoqua la petite montre qu'il venait de construire.

- 14h25. Il nous reste cinq minutes. Et j'attribue personnellement l'Examen à Raphaëlle.

- Hmmm, souffla Edmund comme pour approuver dans son sommeil.

- Il y a deux approbations sur les trois avis. Tu n'as pas besoin de t'exprimer, Julie-Fiona, tu sais. Et maintenant il nous reste cinq minutes.

Les deux examinateurs encore en vie se mirent alors à regarder dans le vide et attendre. Longtemps.
avatar
Le Conte
Admin

Grade
Gardien des Secrets de ta Vie

Messages : 309
Date d'inscription : 09/03/2014
Localisation : Inconnue

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Examen de sortie - Raphaëlle de Piuma Bella

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum